Sélectionner une page
Solution PLM

Développer le PLM :
Confiance dans des éléments familiers

« PLM » est volontiers discutée comme l’objectif ultime de l’entreprise. Est-ce le cas pour chaque entreprise ? Quel est l’intérêt du PLM ? Et wl faut être prêt à profiter du PLM ? Qu’en est-il dans la pratique ? Par où et comment commencer ?

Qu’est-ce que le PLM ?

PLM est l’abréviation de Product-Lifecycle-Management (gestion du cycle de vie des produits). Il s’agit de la gestion du cycle de vie des produits.

Pourquoi le PLM ?

En surveillant l’ensemble du cycle de vie des produits, les entreprises espèrent obtenir une meilleure vue d’ensemble de tous les processus du cycle de vie d’un produit. Il s’agit par exemple des premières études de design, de la planification de la production, des aspects économiques ou encore de l’élimination ou du retrait du marché.

Quels sont les objectifs du PLM ?

Les objectifs peuvent être …

  • le raccourcissement du cycle dans certains sous-domaines
  • optimiser l’efficacité de la production
  • la réduction des coûts
  • la suppression des saisies de données redondantes dans l’entreprise

Important en termes d’objectifs : Avant l’introduction de, les objectifs doivent être clairement adoptés au niveau de la direction : Qu’est-ce qui doit être fait, qu’est-ce que cela apporte à l’entreprise et qui utilise et interprète les résultats ?

Quels sont les domaines concernés ?

En principe, tous les domaines impliqués d’une manière ou d’une autre dans le développement d’un produit sont concernés. Par exemple …

  • Construction (CAD)
  • Calcul (CAE)
  • Planification et contrôle de la production (PPS)
  • Distribution (planification, vente, logistique)
  • des services tels que l’assistance ou le remplacement de produits
  • Élimination ou recyclage

Qu’est-ce qu’un système PLM ?

Si l’on veut surveiller l’ensemble des domaines partiels du cycle de vie du produit mentionnés ci-dessus, il faut un logiciel qui constitue en fin de compte un système PLM.

En raison de sa complexité, un tel système représente davantage une approche conceptuelle qu’une solution informatique autonome et homogène. Dans cette mesure, un système PLM se compose généralement de plusieurs systèmes reliés entre eux :

  • Systèmes ERP permettant des évaluations de gestion d’entreprise.
  • Systèmes PDM avec connexions CAO, CAE ou FAO.
  • Un système de gestion des données (DMS) est intégré à un système ERP.
  • Certains systèmes ERP couvrent la planification de la production.

Existe-t-il une solution PLM unique ?

Bien que certains fabricants déclarent leur produit logiciel comme un « système PLM » unique, les fournisseurs d’un système global autonome se comptent sur les doigts d’une main dans le monde entier. De plus, ces solutions sont très coûteuses et ne sont pas vraiment satisfaisantes dans tous les domaines. Surdimensionné ou inadapté à la classe moyenne.

Le PLM est-il dans tous les cas la dernière étape de développement ?

L’association de différents systèmes peut faire apparaître des informations intéressantes et profitables. Si tant est qu’elles soient prises en compte et évaluées au niveau du management. Parfois, la pratique prouve qu’au début, on visait un système qui n’est que partiellement respecté après sa mise en œuvre. Ou que les objectifs n’ont pas été formulés de manière claire et globale au préalable.

Réflexions avant l’introduction

Confiance en ce qui est familier

Chez GAIN Software, nous sommes d’avis qu’il faut faire confiance à ce que l’on connaît.
En effet, de nombreuses entreprises utilisent déjà depuis de nombreuses années un ERP et parfois aussi un PDM. Ainsi, les collaborateurs de différents départements ont pu acquérir une très grande expérience au cours des 10 à 15 dernières années. Et savent donc aujourd’hui très bien ce qu’ils souhaitent et ce qu’ils ne souhaitent pas.

Modules et connexions PLM déjà existants

La plupart du temps, les modules et donc les processus PLM existent déjà dans l’entreprise et sont entièrement ou partiellement interconnectés. Des approches à petite échelle, réalisables, sur lesquelles il vaut généralement la peine de s’appuyer. Exemples :
Des parties d’un système de gestion des données (DMS) sont déjà intégrées dans le système ERP (solution logicielle pour la planification des ressources). D’autres encore dans un système PDM.
Souvent, un système CRM existant est déjà relié à la solution ERP en tant que plateforme de communication.
Et pour la gestion et le contrôle des documents CAO, CAE, FAO et autres, un système PDM prend le relais.

Analyse des modules ou systèmes existants

Certains systèmes d’entreprise ont peut-être déjà quelques années d’existence.
Quoi qu’il en soit, les systèmes et processus existants doivent d’abord être analysés. Questions à se poser avant une intégration (exemples) :

  • Les processus propres à l’entreprise sont-ils représentés de manière suffisante ou conforme aux souhaits dans les systèmes ?
  • Le système PDM s’intègre-t-il dans l’environnement global ou est-il uniquement utilisable pour la conception ?
  • Quel système ERP est disponible et peut-il être couplé à d’autres systèmes ?
  • Les systèmes existants peuvent-ils être optimisés ?
    Ou faut-il finalement introduire et mettre en place de nouveaux systèmes ?

Introduire le PLM

Les phases d’une introduction

Les phases dépendent des éléments de construction existants. Et ici tout d’abord le module PDM. Est-il déjà intégré dans la maison ? Ce système PDM peut-il être adapté aux processus de l’entreprise et au couplage avec d’autres systèmes (ERP, DMS, etc.) ?

Les interfaces des différents modules sont la première condition pour pouvoir les mettre en réseau.

Questions avant l’introduction

  • Un système PDM est-il disponible et relié à l’ensemble de l’entreprise ?
  • Un système ERP existant offre-t-il des interfaces correspondantes ?
  • Un DMS est-il déjà mis en place ? Quels domaines peuvent être reliés au système ERP et quels domaines peuvent être reliés au système PDM ?
  • Le DMS peut-il communiquer avec le PDM et l’ERP ?
  • L’introduction concerne-t-elle une entreprise ou un groupe ?
  • Faut-il coupler plusieurs organisations ?
  • Faut-il tenir compte de la réplication ?

Concrètement : les premières étapes vers un système PLM

  1. Adaptation du système PDM aux besoins de la construction, de l’ECAD et de la FAO.
  2. Définir le couplage de l’ERP au PDM; déterminer la forme du transfert de données du PDM à l’ERP.
  3. Automatisation de la création d’articles dans le système PDM afin de les retraiter pour les transmettre au système ERP.
  4. Adapter le système PDM pour le couplage avec l’ERP (champs de la base de données, gestion des articles, configuration des nomenclatures, documents annexes).
  5. Préparer le système ERP pour le transfert des données du système PDM. Vérifier si le système ERP peut être révisé.
  6. Vérifier si les données de base des articles doivent être transférées du système ERP vers le système PDM ? Ceci, par exemple, pour compléter les nomenclatures dans PDM avec les données de base des articles.
  7. Un couplage bidirectionnel est-il nécessaire, par exemple pour pouvoir consulter un stock dans le système PDM ? L’ERP doit alors servir d’interface.
  8. De la même manière, mais avec moins d’ampleur, le couplage avec un système DMS doit être effectué, s’il existe. Il est éventuellement possible de se passer d’un système DMS séparé, à condition que le système PDM et le système ERP puissent accueillir et gérer ces données.
ERP PDM PLM

Faire circuler le PLM :
Marier ERP et PDM …

Votre contact

Marcus Dirks

Marcus Dirks

Marcus Dirks, ingénieur diplômé, s’engage depuis 20 ans pour des solutions adaptées dans le domaine PDM/PLM.

Chez GAIN Software, il est responsable du développement commercial.

Téléphone :
+49 (521) 9676 13 16

E-Mail: md@gain.de

Votre 1er pas vers GAIN Collaboration. Commandez une démo gratuite :

Protection de la vie privée

9 + 11 =

Ou vous avez des questions
sur GAIN Collaboration ?

Prenez contact avec nous : +49 521 967 613 – 0

Télécharger les infos sur le produit

Brochure PDM en français